Accueil Économie Bien-être au travail : La santé psychologique des salariés toujours très dégradée,...

Bien-être au travail : La santé psychologique des salariés toujours très dégradée, selon une étude

METRO, BOULOT, DODO D’après cette étude réalisée par OpinionWay auprès de 2.000 salariés français, 14 % d’entre eux présentent un taux de détresse psychologique élevé tandis que 40 % se disent épuisés au travail

La santé mentale des salariés français reste très dégradée avec 44 % d’entre eux en situation de détresse psychologique, selon un baromètre réalisé par OpinionWay et rendu public ce jeudi. La proportion de salariés qui présentent de la détresse psychologique – notion qui chevauche à la fois des symptômes de dépression et d’épuisement –, est ainsi en hausse de 3 points par rapport à juin 2022, selon cette enquête pour le cabinet Empreinte Humaine, spécialisé en prévention des risques psychosociaux.

Parmi les salariés interrogés pour cette onzième édition du baromètre depuis mars 2020, 14 % présentent un taux de détresse psychologique élevé, poursuit l’étude, qui fait état de « 36 mois de détresse élevée ».

Les moins de 29 ans touchés par les RPS

Les sondés sont plus de sept sur dix (74 %) à déclarer que leur santé psychologique est liée partiellement ou totalement au travail. Et les populations les plus touchées par les risques psychosociaux sont les moins de 29 ans (55 % de détresse psychologique), les femmes (49 %) ou les managers (44 %). Le taux de burn-out diminue à 28 % (-6), mais reste à des niveaux deux fois plus élevés qu’avant 2020, ajoute l’étude.

Alors que la réforme des retraites est au cœur de l’actualité, le baromètre indique également que 7 salariés sur 10 ont « peur de ne pas pouvoir tenir avec le recul de l’âge de départ ». La même proportion déclare que la perspective de travailler plus longtemps les « angoisse ». En outre, 40 % des salariés interrogés se disent épuisés au travail. Pour un tiers, la crise du Covid-19 impacte encore leur niveau de fatigue. Cette enquête a été réalisée en ligne du 7 au 17 février auprès d’un échantillon représentatif de 2.000 salariés français, selon la méthode des quotas.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here