Accueil Économie Consommation : L’étiquetage des produits de la mer est (trop) souvent non...

Consommation : L’étiquetage des produits de la mer est (trop) souvent non conforme

Aussi sains que savoureux, huîtres, saumon, langoustes, coquilles Saint-Jacques, gambas et autres produits de la mer font partie des mets les plus appréciés des gourmets et figurent bien souvent au menu lors des grandes occasions.

Toutefois, d’après un rapport des services de la Répression des fraudes portant sur des contrôles effectués en 2020 et publié fin 2022, plus de la moitié d’entre eux présentent des soucis d’étiquetage ou de conformité.

Des indications trompeuses

Les 1061 contrôles menés dans l’Hexagone en 2020 par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont entraîné 349 avertissements, 80 injections et 48 procédures pénales, pour avoir tenté de berner les consommateurs, notamment sur le pays d’origine d’un poisson ou la technique de pêche.

Les distributeurs se montrent parfois volontairement flous
Les distributeurs se montrent parfois volontairement flous

En effet, les distributeurs se montrent volontairement flous ou omettent de spécifier sur les étiquettes certaines informations pourtant obligatoires, comme la mention « pêché au chalut », dans le but de « répondre à la demande des consommateurs pour des produits locaux et vertueux » et d’augmenter leurs ventes.

Le taux d’anomalies liées à l’affichage s’élève ainsi à près de 40 % en grandes surfaces et 60 % dans les poissonneries, des chiffres particulièrement élevés ! Les fraudeurs risquent pourtant, selon la gravité des infractions, jusqu’à deux ans de prison et 300.000 € d’amende !

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here