Accueil Économie Inflation : Ces produits alimentaires que 7 Français sur 10 ne peuvent...

Inflation : Ces produits alimentaires que 7 Français sur 10 ne peuvent plus acheter

Selon une étude zoom de l’Observatoire Cetelem avec Harris Interactive et Toluna, 69 % des Français auraient renoncé à acheter certains produits au cours des 12 derniers mois. Un sacrifice causé par l’inflation, rapporte BFMTV.

Les produits concernés seraient principalement les plats préparés, les poissons frais, l’alcool, la viande et les biscuits apéritifs. 33 % des sondés n’achèteraient plus de fruits et de légumes. La hausse des prix impacterait également l’achat des produits laitiers, car 23 % des Français en difficulté n’auraient plus les moyens de s’en procurer.

Tous les foyers touchés

Sur ces 69 %, 30 % auraient été contraints de se passer de certains produits essentiels. La grande majorité de ces Français serait des jeunes de moins de 35 ans et des foyers à faibles revenus. Mais l’inflation n’impacte pas seulement les foyers ayant des difficultés. En effet, 54 % des foyers à revenus élevés disent également avoir renoncé à des produits frais ou des aliments de « plaisir ».

Une tendance qui pousse les consommateurs à se tourner vers les marques low cost afin de pouvoir se procurer plus de produits, à un moindre coût. Ces derniers mettraient un point d’honneur à limiter le gaspillage. Ils prêteraient beaucoup d’attention aux promotions et renonceraient aux autres dépenses pour pouvoir manger.

Moins manger

Malgré cela, 1 Français sur 2 aurait reconnu manger en moins grande quantité. 45 % estiment consommer plus de produits ayant dépassé les dates de péremption et 37 % d’entre eux mangeraient moins équilibré. Pour la majorité, cette situation serait pérenne. 74 % des personnes interrogées estiment que la hausse de l’inflation va perdurer. Une opinion que la Banque de France ne partage pas. Selon elle, la hausse devrait prendre fin dans les prochains mois.

En attendant, le gouvernement a annoncé un « trimestre anti-inflation » ainsi qu’un chèque alimentaire qui devrait voir le jour en 2023. L’opération commerciale qui, loin d’imposer aux grandes surfaces un panier anti-inflation piloté par le gouvernement, vise à offrir, dixit le ministre de l’Economie Bruno Le Maire, « le prix le plus bas possible » sur une sélection de « centaines » de produits. Leur choix sera opéré par les distributeurs, l’opération devant se dérouler du 15 mars au 15 juin.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here