https://www.fapjunk.com https://pornohit.net london escort london escorts buy instagram followers buy tiktok followers
Accueil Économie La Lorraine teste la future flèche de la cathédrale de Notre-Dame de...

La Lorraine teste la future flèche de la cathédrale de Notre-Dame de Paris

C’est un moment charnière pour la cathédrale de Notre Dame de Paris qui se joue depuis deux jours dans la petite commune de Briey en Lorraine. L’assemblage du socle, le tabouret, de la future flèche de Notre-Dame en bois de chêne d’exception, fait en effet l’objet d’une répétition générale du montage de son socle, près de quatre ans après l’incendie de la cathédrale. Le « montage à blanc » vise à s’assurer que les différents éléments du socle s’emboîteront comme il faut lorsqu’ils seront assemblés sur le toit de Notre-Dame.

Et les chiffres sont déjà vertigineux : la flèche mesurera 66 mètres, comme son modèle du XIXe siècle. Elle sera constituée de cinq parties, dont ce socle assemblé en Lorraine, sur quatre appuis fabriqué dans des chênes de tailles exceptionnelles, récoltés dans la forêt domaniale de Bercé, dans la Sarthe.

Objectif de la manœuvre de ces deux jours, soulever les pieds de ce « tabouret » lentement, à l’aide de grues, afin qu’ils s’insèrent au millimètre près dans le tablier central. Les éléments du tabouret seront ensuite démontés et « acheminés dans les tout prochains jours sur le chantier à Paris, où ils seront assemblés et grutés avant de prendre leur place définitive, à trente mètres de hauteur, aux quatre angles de la croisée du transept », a précisé une porte-parole du chantier.

La pose « en vrai », prévue en avril prochain

Ce montage à blanc est un « moment charnière », commente Rémi Fromont, un des trois architectes en chef de la reconstruction du monument. « On passe de la théorie à la pratique, c’est la répétition générale avant le vrai levage et la pose sur la cathédrale en avril », a-t-il expliqué. « Depuis quatre mois, on a tracé et validé les plans, puis tracé les épures au sol selon la méthode ancestrale du piquage et du lignage », explique Patrick Jouenne, responsable des charpentiers. « C’est le chantier d’une vie », poursuit-il. « Cette reconstruction est un chef-d’œuvre. » Refaire la charpente de Notre-Dame, c’est aussi « faire perdurer la tradition dans le traçage et l’assemblage des charpentiers de l’époque », souligne Mathias Gauthier-Morfoise, conducteur de travaux chez Cruard, l’une des entreprises chargées du projet.

Nommé par Emmanuel Macron pour piloter la restauration de la cathédrale, le général Jean-Louis Georgelin se félicite de voir que « l’engagement pris en matière de délais sera tenu, avec patience et ténacité. Il en va de la réputation de la France ! (…) Bientôt on verra dans le ciel de Paris la flèche et son coq », ajoute-t-il. « La livraison du tabouret est prévue pour le 15 avril 2023, quatre ans après l’incendie. »

Pour rappel, la célèbre flèche, identique à la précédente conçue par l’architecte Viollet-le-Duc et qui s’était effondrée dans l’incendie du 15 avril 2019, « devrait poindre à nouveau dans le ciel de Paris d’ici la fin de l’année », avait indiqué début février l’établissement public maître d’ouvrage du chantier de reconstruction. Elle culminera aussi à 96 mètres du sol, avec les mêmes matériaux d’origine, du chêne pour la structure (220 tonnes) et du plomb pour la couverture et les ornements (140 tonnes). La réouverture de la cathédrale est prévue fin 2024, selon le ministère de la Culture.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here