Accueil Économie Le chef de l’ONU dénonce les « taux de prédateurs » subis...

Le chef de l’ONU dénonce les « taux de prédateurs » subis par les pays pauvres

Comment réformer un système économique mondial défavorable aux pays pauvres ? Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres estime que le système profite largement aux pays riches, au profit des pays plus fragiles.

Antonio Guterres, présent au sommet des Pays les moins avancés (PMA) à Doha, a demandé aux pays développés une aide de quelque 500 milliards de dollars par an pour les pays les plus pauvres de la planète, « coincés dans des cercles vicieux » qui empêchent la réforme de leurs économies et la remise à flot de leurs systèmes d’éducation et de santé.

« Le développement économique est difficile quand les pays manquent de ressources, croulent sous la dette et se battent toujours avec l’injustice historique d’une réponse inégale au Covid-19 », a-t-il déclaré alors que les pays les plus pauvres ont à multiples reprises dénoncé une distribution injuste des vaccins, concentrés en Europe et en Amérique du Nord. « Combattre une catastrophe climatique que vous n’avez en rien provoquée est un défi quand le coût du capital explose » et que l’aide financière reçue est « une goutte d’eau dans l’océan », ajouté le secrétaire général de l’organisation internationale.

Beaucoup de pays pauvres écartés « des marchés de capitaux »

« Notre système financier mondial a été conçu par les pays riches, largement à leur profit », a-t-il martelé. « Privés de liquidités, beaucoup d’entre vous sont écartés des marchés de capitaux par des taux d’intérêt de prédateurs ». Les dirigeants et représentants de 33 pays d’Afrique, 12 pays d’Asie-Pacifique et d’Haïti se réunissaient à Doha cinq décennies après la création par l’ONU de la catégorie des PMA.

Un plan d’action en faveur de ces pays a été adopté lors de l’Assemblée générale de l’ONU l’année dernière. Mais aucune promesse de contribution financière majeure n’est prévue lors du sommet, reporté à deux reprises à cause du coronavirus. L’Afghanistan et la Birmanie ne sont pas présents, leurs gouvernements n’étant pas reconnus par les membres de l’ONU.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here