Accueil Économie « Les grands entrepreneurs ont certes des qualités, mais aussi beaucoup de...

« Les grands entrepreneurs ont certes des qualités, mais aussi beaucoup de chance »

« 20 MINUTES » AVEC Dans son nouvel essai, Anthony Galluzzo, maître de conférences à l’université de Saint-Etienne, s’attaque au « mythe de l’entrepreneur »

  • Tous les vendredis, 20 Minutes propose à une personnalité de se livrer sur son actualité dans son rendez-vous « 20 Minutes avec ».
  • De Thomas Edison à Elon Musk, en passant par Steve Jobs, Anthony Galluzzo démystifie les légendes et l’héroïsation des entrepreneurs à la sauce Silicon Valley, coupables selon lui de réécrire leur histoire pour accentuer leur mérite.
  • Dans son livre Le Mythe de l’entrepreneur (Ed. La Découverte), paru récemment, le maître de conférence en sciences de gestion explique pourquoi ces « surdoués » de la technologie et des affaires veulent d’abord mettre en avant leur réussite et leur vision. Entretien.

Certains y voient des exemples à suivre. D’autres des patrons avec lesquels ils n’auraient travaillé pour rien à monde. Mais ils ne laissent personne indifférents. Dans son dernier essai Le Mythe de l’entrepreneur (Ed. La Découverte), Anthony Galluzzo, maître de conférences à l’université de Saint-Etienne, s’attaque à l’image « préfabriquée » des héros de l’entrepreneuriat, principalement américains, qui débarquent sortis de nulle part et révolutionnent un secteur. Il tente de démontrer comment leur parcours et leur succès sont romancés pour cacher une réalité profondément capitaliste, qui met en avant le succès individuel et justifie selon lui les inégalités. Entretien.

Un jeune génie, issu d’un milieu modeste, qui révolutionne un secteur industriel depuis son garage pour arriver au sommet d’un empire industriel…. Est-ce un bon résumé du mythe de l’entrepreneur ?

C’est à peu près ça. Si on lit la littérature à propos des célébrités entrepreneuriales, on se rend compte qu’il y a une même façon de parler d’eux, les mêmes thèmes qui reviennent. Un individu supérieurement créatif, visionnaire, qui perçoit ce que le commun des mortels ne peut voir. Il est un inspirateur, guidant ses employés qui seraient perdus sans lui.

Qui est à l’origine de cette image ? Les entrepreneurs ? Les médias ?

Un peu des deux. Il y a d’un côté des entrepreneurs « storytellers », qui vont chercher à se faire connaître, comme Steve Jobs ou Elon Musk. Ils peuvent ainsi valoriser l’image de leur entreprise pour vendre et attirer les investisseurs. Et en face, on trouve des journalistes qui doivent produire du contenu attrayant et cherchent de « bons clients ». Ils vont développer leur notoriété en leur proposant des interviews, en leur accordant des couvertures. C’est ce que j’appelle une relation symbiotique.

Dans votre livre, vous vous attaquez à cette représentation de l’entrepreneur. Ce serait une image fabriquée ?

Les biographies, les documentaires, les biopics et les divers articles de presse mettent souvent l’accent sur la précocité des grands entrepreneurs, sur leur enfance géniale. Ces récits sont pour le moins très romancés et reposent souvent sur des anecdotes quasiment invérifiables, comme des souvenirs de jeunesse colportés par l’entrepreneur lui-même. Mais c’est à peu près toujours la même histoire. On met l’accent sur la précocité des individus, sur leur mise en mouvement à partir d’un traumatisme originel. Par exemple, Steve Jobs est souvent dépeint comme un « marginal », ayant grandi dans un milieu pauvre. En réalité, il est issu de la « middle class » californienne, imprégnée de technologie. Son père était technicien de haut niveau et il a hérité de ce capital culturel. Se présenter ainsi en marginal permet à l’entrepreneur de ne pas être dénoncé comme un patron, donc comme un exploiteur

Pourquoi refuser cette comparaison ?

Mettre leur réussite sur le seul compte de leur génie leur permet de justifier leur pouvoir. Celui qui triomphe du marché par ses seules qualités et son travail mérite de concentrer et de capter un maximum de la valeur produite. les hommes d’affaires ne sont que des profiteurs, tandis que les entrepreneurs sont animés par « une vision », comme des artistes. Ils ne font pas cela pour l’argent.

Quand Bernie Sanders a rappelé à Elon Musk que lui et Jeff Bezos possèdent plus de richesses que les 40 % des américains les plus pauvres, Musk a répondu que l’argent ne l’intéressait pas, et qu’il était en mission pour faire de l’Homme une espèce multiplanétaire. Proclamer mettre sa richesse « au service de l’humanité » permet d’occulter les questions relatives au partage de la valeur et à l’exploitation.

Y croient-ils vraiment ?

Je ne suis pas en mesure d’étudier leur psyché, mais je pense qu’une partie des célébrités entrepreneuriales croient réellement en ces idées. Ils ont pour beaucoup grandi dans ce bain culturel. C’est d’autant plus facile de croire en cette mythologie individualiste quand on est dans une position dominante dans la société. C’est flatteur de penser que, si on est riche et puissant, c’est parce qu’on l’a mérité.

Pourtant, vous expliquez que ce mérite est à relativiser…

Je ne nie pas que ces personnages ont des qualités. Mais elles ont surtout beaucoup de chance. Celle d’être né au bon endroit, au bon moment. Il y a des zones où il faut être pour saisir tout un tas d’opportunités. Et c’est précisément là qu’a grandi Steve Jobs, en Californie, en pleine Silicon Valley, dans les années 1960 et 1970, en plein essor de cette industrie.

Dans votre livre, vous parlez essentiellement des Etats-Unis, avec l’exemple de Steve Jobs notamment. Cette vision se diffuse-t-elle en France ?

Pour créer un empire avec une phase d’hypercroissance, il faut être dans des conditions sociales, géographiques et historiques favorables. S’il ne s’agissait que de capacités individuelles, pourquoi, parmi les plus grands entrepreneurs du monde, on ne trouve pas davantage d’individus issus du Soudan, du Mozambique ou du Pakistan ?

Dans la Silicon Valley, par exemple, il y avait toutes les structures nécessaires : laboratoires de recherche, l’université de Stanford, et un personnel très qualifié de chercheurs et managers. Au moment où Steve Jobs crée Apple, à la fin des années 1970, il pioche dans cet écosystème pour constituer ses forces.

Parmi ces conditions favorables, vous évoquez les investissements de l’Etat…

Totalement. Seul un Etat est capable de financer la recherche fondamentale nécessaire à l’éclosion d’un écosystème comme la Silicon Valley, que même de grosses entreprises ne prennent pas le risque de subventionner. L’entrepreneur arrive à la fin de ce processus pour saisir ces opportunités, en exploitant une force de travail déjà présente.

N’y a-t-il pas alors une contradiction avec ces entrepreneurs emprunts de liberté et prétendent souvent pouvoir faire mieux que l’Etat ?

Les grandes figures de la Silicon Valley racontent souvent que son histoire débute dans les années 1980. En réalité, dès les années 1910, avec la Première Guerre mondiale, les Etats-Unis investissent massivement dans la région pour produire des systèmes radio. Ensuite, pendant plus de cinquante ans, l’Etat va être le principal financeur et client de cet écosystème. C’est seulement ensuite que les investissements privés vont prendre le relais.

On retrouve le mythe de l’entrepreneur un peu partout : dans le développement personnel et le coaching entrepreneurial par exemple. Cela nous oriente vers des solutions individuelles, nous incite à penser que l’on fera partie des gagnants, des gens plus forts que les autres. Cela étouffe toute réflexion collective.

Emmanuel Macron, président de la « start-up nation », peut-il être comparé à un entrepreneur de la politique ?

C’est assez similaire. L’homme parti de rien, rebelle et visionnaire…. Ce sont des éléments narratifs hérités de la littérature romantique et appliqués aux héros entrepreneuriaux, mais aussi aux hommes d’Etat. Avec les « premiers de cordée », le « costard » payé grâce à ses efforts, il y a toute cette phraséologie qui montre que, si vous êtes méritant, vous réussirez. Avec en symétrie l’autre idée : si vous n’avez pas réussi, vous en êtes le seul responsable…

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here