https://www.fapjunk.com https://pornohit.net london escort london escorts buy instagram followers buy tiktok followers
Accueil Économie Magic, Pokémon, Yu-Gi-Oh!... « C'est plus rentable d’investir dans les cartes à...

Magic, Pokémon, Yu-Gi-Oh!… « C’est plus rentable d’investir dans les cartes à jouer qu’en Bourse »

  • Magic, Pokémon, Yu-Gi-Oh!… Les passionnés de cartes à jouer et à collectionner sont prêts à débourser de belles sommes d’argent pour enrichir leur collection.
  • Selon une enquête YouGov réalisée pour eBay, la France compterait 8 % de collectionneurs actifs.
  • Cette semaine, lors d’une masterclass dédiée, Alexandre Boissenot, responsable de la catégorie carte à collectionner chez eBay a été interviewé.

Une carte Pikachu Illustrator mise en vente à… 1 million d’euros, sur eBay, en février 2023. Fouillez donc dans vos greniers, car les jeux de la cour de récré peuvent valoir une fortune. Achetées pour quelques francs dans les bureaux de tabac dans les années 1990, les cartes à collectionner et à jouer ont en effet vu leur valeur grimper au fil des ans. Et les passionnés de Yu-Gi-Oh!, Pokémon et Magic sont aujourd’hui prêts à débourser des fortunes pour enrichir leur collection, en scrutant les nouveautés sur Internet.

Alexandre Boissenot, responsable de la catégorie carte à collectionner chez eBay, nous dit quoi savoir sur ce marché.

Quand le business des cartes à jouer et à collectionner est-il apparu ?

Les cartes à jouer et à collectionner sont apparues en 1993 avec la création du jeu “Magic : L’Assemblée”. Mais cet engouement a pris de l’ampleur en 1999, avec la sortie des cartes Pokémon, popularisées avec les jeux et les dessins animés. Cette franchise est la plus rentable de tous les temps, avec plus de 100 milliards de dollars de revenus générés depuis sa création. C’est trois fois plus que Marvel et Harry Potter, 50 % de plus que Star Wars. Quant à Magic, il figure à la seconde place des jeux de cartes les plus joués au monde après le poker.

On trouve également les cartes de collections comme les celles de sport (baseball, basketball, hockey) aux États-Unis. Elles datent d’il y a un siècle et ne sont pas destinées au jeu, mais leur popularité est plus forte que jamais.

Qui sont les collectionneurs ?

Il y a ceux qui jouent entre amis et qui collectionnent pour leur plaisir personnel. On retrouve aussi les gros joueurs, qui enchaînent les tournois le week-end et se déplacent à l’étranger pour participer à des conventions, afin d’acheter ou échanger leurs cartes. Ce sont eux qui investissent. Ils scrutent les nouveautés sur Internet. Enfin, il y a la catégorie des investisseurs, qui achètent pour revendre.

Comment faire de l’argent ?

Concernant Pokémon, les collectionneurs peuvent notamment estimer la valeur de leur carte sur eBay. Ils doivent chercher le numéro de série et comparer les ventes réussies et terminées. Cela va servir de base pour connaître les prix du marché.

L’autre solution, c’est d’acheter une carte que l’on stockera quelques mois, voire quelques années, pour la revendre. Mais cela nécessite une maîtrise fine du marché, des tendances et, potentiellement, un réseau de revente.

Comment savoir si une carte est rare ?

Les cartes brillantes, vendues en peu d’exemplaires, sont généralement les plus rares. Pour Pokémon, on peut trouver une petite étoile en bas de la carte [la rareté fluctue en fonction du nombre d’étoile et de sa couleur].

Sur Magic, figure un symbole d’édition en doré ou en rouge. Mais une carte rare ne vaut pas forcément cher. Pour cela, il faut que sa conservation soit en très bon état.

Jusqu’à quel prix peuvent monter les cartes ?

Pour le moment, le record a été atteint avec l’achat du Pikachu illustrator à 5 millions d’euros par le youtubeur américain Logan Paul, en avril 2022. Quant à Magic, le rappeur Post Malone a dépensé 800 000 dollars pour la carte la plus chère en juillet dernier. Mais il n’y a pas de limites, puisque les franchises sont amenées à augmenter avec le temps, ce qui se reflète sur le prix.

Prenez la carte « Black Lotus » de Magic : sa valeur a été multipliée par 5.000 entre 1995 et 2022. Il est donc plus rentable d’investir dans les cartes à jouer et à collectionner qu’en bourse.

Les NFT vont-ils révolutionner le marché des cartes à collectionner et à jouer ?

Non. Il y a certes des modèles de réussites dans ce domaine, comme la startup Sorare, qui a levé des centaines de millions de dollars et qui est valorisée à 5 milliards de dollars. Néanmoins, ce qui compte dans les cartes à jouer et à collectionner, c’est l’aspect physique. On en prend soin, on la chérit… Et le jeu est essentiel. S’affronter en duel ou participer à des tournois est extrêmement plaisant, c’est un aspect qu’on ne retrouve pas dans les NFT.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here