Accueil Économie Nord : Devant la sucrerie Tereos, 400 personnes rassemblées contre l’arrêt de...

Nord : Devant la sucrerie Tereos, 400 personnes rassemblées contre l’arrêt de la production

EMPLOI Près de 400 personnes, salariés, élus, riverains, se sont rassemblées ce dimanche pour contester l’arrêt annoncé de la production devant le site de la sucrerie Tereos dans le Nord

Depuis mercredi déjà, la cinquantaine de salariés de la sucrerie Tereos d’Escaudoeuvres (Nord) peut compter sur le soutien de leurs élus et des riverains. Les portes d’entrées du site sont bloquées pour « s’opposer à l’arrêt annoncé de la production » depuis mercredi, mais la vitesse supérieure pour se faire entendre a été enclenchée ce dimanche en attendant de pied ferme lundi, le ministre de l’Industrie Roland Lescure. Ce dernier vient en effet rencontrer les représentants syndicaux et la direction. Ce rassemblement organisé par la mairie, compte, selon la préfecture, environ 400 personnes dont 50 salariés, et 25 élus.

Réunis plus de deux heures en milieu de journée, « élus de la communauté d’agglomération, conseillers régionaux, députés, maires, anciens salariés, proches, et des habitants très attachés à la sucrerie », a détaillé le maire d’Escaudoeuvres, Thierry Bouteman, marquaient leur mécontentement devant le site de la sucrerie.

Le soutien de la mairie et des élus

« Depuis mercredi l’usine est bloquée, les salariés sont présents jour et nuit. Nous voulions leur réaffirmer notre soutien, et notre opposition aux décisions du groupe », a-t-il poursuivi. « Rien ne rentre, rien ne sort du site. On continue de se battre. Il y a encore 40.000 tonnes dans le silo. Il va falloir que Tereos s’explique », a assuré Loïc Lagouche, secrétaire adjoint CGT au CSE. « Demain on dira au ministre : c’est incompréhensible, (de fermer) une usine aussi rentable que la nôtre, avec le canal Seine Nord qui va un jour passer juste derrière. Tereos ne réfléchit qu’à court terme », a-t-il regretté.

Le site historique du groupe, propriétaire de Béghin Say, devait bientôt fêter ses 150 ans dans cette bourgade de 3.300 habitants. Mais mercredi, la direction a annoncé sa fermeture d’ici la mi-juin, et la suppression de 123 postes. Selon le sucrier, ce choix est essentiellement dicté par une « réduction durable » de la production de betteraves en 2023-2024, avec, dans le secteur d’Escaudoeuvres, une baisse des surfaces emblavées supérieure à 10 %.

« On est tombés de notre chaise. Les salariés disent que le site est viable, je les crois. Les économies représentées seraient de 40 millions en cinq ans. Pour un groupe qui fait six milliards d’euros de chiffre d’affaires, ça sent l’embrouille », a commenté le député LFI du Nord David Guiraud, présent dimanche. Mercredi, dans le cadre de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites, l’intersyndicale cambraisienne délocalise sa manifestation à Escaudoeuvres. Une « marche de solidarité » sera aussi organisée par les élus dimanche 19 mars, en « remplacement » des festivités prévues pour les 150 ans.

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here