Accueil Économie Seine-Saint-Denis : Carrefour n’ouvrira pas son premier Atacadão français à Sevran

Seine-Saint-Denis : Carrefour n’ouvrira pas son premier Atacadão français à Sevran

Carrefour n’ouvrira pas le premier magasin français de son discounter Atacadão à Sevran (Seine-Saint-Denis), où l’implantation de cette enseigne brésilienne de libre-service de gros fait l’objet d’une levée de boucliers. « Nous sommes toujours en phase d’étude de différents sites pour l’ouverture du premier magasin Atacadão en France, conformément au calendrier que nous nous sommes fixé. Les conditions ne sont pas remplies pour que cela se fasse à Sevran, mais nous avançons sur plusieurs autres pistes, en lien avec les municipalités concernées », a déclaré samedi soir Carrefour, interrogé par l’AFP sur la fronde de la ville contre ce supermarché.

Si Carrefour n’avait pas officialisé l’emplacement du premier Atacadão, un « cash and carry » qu’il souhaite développer dans l’Hexagone, ses représentants avaient rencontré mi-janvier la mairie de cette ville populaire de 50.000 habitants et lui avaient indiqué qu’Atacadão remplacerait en septembre leur hypermarché Carrefour du centre commercial Beau Sevran, selon le récit de la municipalité.

Une pétition lancée

Cette grande surface constituant le seul hypermarché traditionnel de la commune, qui compte principalement des enseignes de discount, les élus locaux sont montés au créneau pour s’opposer à l’arrivée d’Atacadão. Une pétition « Non à Atacadão », portée notamment par le maire DVG Stéphane Blanchet et la députée LFI de la circonscription Clémentine Autain, a été lancée par la ville au début du mois. Plusieurs opérations de tractage se sont tenues devant des écoles cette semaine et encore samedi matin au marché de Sevran.

« Je suis contre une société à deux vitesses, avec des modes de consommation pour les riches d’un côté et pour les pauvres de l’autre. Je ne suis pas d’accord pour que Carrefour envisage d’abandonner le terrain pour laisser la place à des entrepôts, car finalement on n’aurait pas le droit de consommer comme n’importe quelle autre ville », déclarait dans la matinée à l’AFP le maire.

Très en vogue au Brésil, Atacadão consiste en une offre large de produits alimentaires et non alimentaires « à prix de gros » vendus directement sur palettes, à l’unité ou en gros conditionnement, à destination des professionnels comme des particuliers. Le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, a lui-même annoncé en novembre l’ouverture d’un premier Atacadão en Île-de-France pour la « rentrée 2023 », décrivant l’implantation du discounter comme « un pari » mais « probablement la meilleure solution anti-crise ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here